La grandeur d'un homme est
dans l'acceptation de ce qui est.
Saint François d'Assise

Selon un article qui peut être consulté sur passeportsanté.net

«le qi gong qui fait partie des « approches corps-esprit » permet par le contrôle du corps, de la respiration et de la pensée, de percevoir l’énergie vitale, de la concentrer et de la diriger le long des trajets d’énergie (les méridiens de l’acupuncture). Des recherches ont été menées sur des applications thérapeutiques.

Des études sur des applications thérapeutiques

Ces études -dont les auteurs disent eux-mêmes qu’il convient de tenir compte du fait qu’elles ne se conforment pas toutes aux stricts protocoles scientifiques et que de nouvelles recherhces seront nécessaires pour confirmer les résultats-, indiquent que

le qi gong participe à :

à réduire l’hypertension. L’utilisation du Qi Gong dans le traitement de l’hypertension est l’un des sujets les mieux documentés. En 2007, 12 essais cliniques incluant au total plus de 1 000 participants, semblent confirmer que la pratique régulière du Qi Gong pourrait avoir des effets positifs sur la diminution de la pression sanguine.

 à renforcer le système immunitaire. De nombreuses études in vitro et in vivo ont examiné l’effet du Qi Gong sur différents paramètres de l’immunité. Plusieurs ont indiqué que la pratique régulière du Qi Gong pouvaient avoir un effet mesurable sur la production de diverses cellules immunitaires comme les monocytes, les lymphocytes, les cellules tueuses naturelles (natural killer - NK), les neutrophiles, etc. Selon la majorité des chercheurs concernés par ces études, il semble justifié de poursuivre les recherches.

à réduire le stress, selon les résultats d’une étude en chassé-croisé portant sur des étudiants en bonne santé on observe une réduction significative des indicateurs de niveau de stress : baisse du cortisol, diminution des ondes bêta et augmentation des ondes alpha.

à atténuer les effets indésirables de la chimiothérapie et renforcer l’immunité.  Une recherche sur les effets du Qi Gong a été menée auprès de 67 femmes traitées en chimiothérapie pour un cancer du sein. Trente-deux d’entre elles ont pratiqué le Qi Gong (de 15 minutes à une heure d’exercices par jour, durant 21 jours) et 35 ont été assignées à un groupe témoin. Cette recherche a conduit à la publication de deux études en 2006. Dans la première, les résultats indiquent qu’à la fin du traitement, la détresse associée à certains symptômes incommodants comme la douleur, les engourdissements, les brûlures d’estomac et les étourdissements avait été réduite de façon significative dans le groupe Qi Gong par rapport au groupe témoin. Par contre, du côté de la détresse psychologique, le Qi Gong avait amélioré seulement deux des indicateurs étudiés : le renforcement du goût de vivre et la hausse de l’optimisme envers le futur.

à améliorer la qualité de vie des personnes âgées. Selon l’étude menée, le niveau d’anxiété rapporté par les sujets a diminué de façon significative par rapport au groupe placebo, même si les autres paramètres ont aussi légèrement diminué (dépression, fatigue, douleur et pression sanguine). 

à améliorer la qualité de vie des personnes ayant un problème cardiaque. Une récente étude a comparé l’efficacité du Qi Gong et d’un programme de relaxation progressive pour améliorer la qualité de vie de 65 personnes atteintes de divers troubles cardiaques. Les résultats indiquent que le Qi Gong améliore significativement les résultats de sept des huit paramètres choisis pour évaluer la qualité de vie. 

à contribuer à la réadaptation cardiaque  Une étude clinique a étudié l’effet du Qi Gong combiné à des groupes de discussion sur les habiletés physiques de 95 personnes âgées de 73 ans et plus et affectées d’une maladie de l’artère coronaire. Les résultats ont montré des améliorations significatives du niveau d’activité physique rapporté, de la coordination et de l’équilibre chez les sujets du groupe Qi Gong-discussion.

 

D’autres applications potentielles ont fait l’objet d’études permettant de conclure que le qi gong peut

contribuer à la diminution des symptômes du syndrome prémenstruel (SPM) ;
aider à diminuer la perception de la douleur chronique ;
améliorer la qualité de vie des personnes ayant un problème cardiaque ;
contribuer à la réadaptation cardiaque ;
aider à gérer les symptômes associés au diabète ;
aider à gérer les symptômes associés au diabète ;
réduire les symptômes associés à la maladie de Parkinson ;
aider au sevrage de l’héroïne».

Selon le Dr Martine Migaud, médecin, acupunctrice et enseignante de Qi Gong, une pratique assidue permettrait d’activer la puissante force soutenant les mécanismes autonomes de guérison de l’individu.

Selon le Dr Yves Réquena de l’Institut Européen de Qi Gong, la pratique régulière permettrait :
en prévention : de promouvoir la souplesse, la détente, la relaxation, la gestion du stress, l’équilibre psychosomatique, une meilleure vitalité, la prévention des maladies, l’entretien de la mémoire et un meilleur sommeil.

en accompagnement thérapeutique : d’améliorer la santé des personnes souffrant, entre autres, de maladies cardiovasculaires, d’hypertension, d’insomnie, de déficit oculaire, de diabète, de paralysie, de maladies dégénératives, de déficit profond de l’immunité, d’asthme et d’hypercholestérolémie.

Dans le domaine sportif : d’augmenter la qualité du contrôle, l’endurance, la respiration et la capacité de propulsion soudaine.

Au-delà, le qi gong concourt au développement personnel de l’individu, il favorise le calme, la sérénité et le lâcher-prise.

 

Pour de plus amples détails et les références des recherches citées, cf le dossier d’où sont tirés ces extraits sur le site www.passeportsanté.net/ rubrique «approches complémentaires»